22 mars 2016 ~ 0 Commentaire

Une nouvelle manière de pressioner les politiques

Désormais, ce qui fait mal aux chefs de parties et représentant sont les accusations de corruption ou encore trafic d’influence. En effet, ces accusations sont très médiatisées et diffuse des soupçons sur le représentant politique. Elles vont jusqu’à inhiber la possible élections aux prochaines élections.

En France, la campagne de Nicolas Sarkozy est entravée par ses accusations à propos des écoutes téléphoniques, soupçonné d’avoir voulu percer le secret d’un procédure à l’aide d’un haut magistrat. Le chef du parti des Républicains est également touché par les affaires de financement illégal de sa campagne de 2007 avec le sujet Bygmalion.

En Espagne, les scandales Barcenás ou Gürtel on déteint l’image du parti Populaire espagnol. Le président sortant Mariano Rajoy connaît de nombreuses difficultés pour sa réélection, liée à une perte de légitimité de son parti.

Les médias ont trouvé leur nouvelle arme politique. Cette arme est également détenue par le secteur de la justice qui peut donc lancer une procédure d’accusation tout comme accepter de participer à la corruption.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Actuarmagnacaise
| Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE